BRUXELLES 11/05/2022 18:03 (BELGA)

L’Union européenne a réclamé mercredi une enquête approfondie et indépendante sur le meurtre d’une journaliste de la chaîne arabe Al Jazeera, Shireen Abu Akleh, tuée par balle alors qu’elle couvrait des affrontements dans le secteur de Jénine, en Cisjordanie occupée. Un autre journaliste, Ali al Samoud, a été blessé, selon le porte-parole du Service européen d’action extérieure de l’UE.

Ce dernier a condamné fermement le meurtre de la journaliste américano-palestinienne, réclamant de traduire les responsables en justice. « Il est inacceptable de cibler des journalistes dans l’exercice de leur travail. Les journalistes couvrant des situations de conflit doivent être assurés de leur sécurité et de leur protection en tout temps », a ajouté le porte-parole.

La correspondante d’Al Jazeera dans les territoires palestiniens a été tuée « de sang froid » par les forces israéliennes alors qu’elle couvrait des affrontements dans le secteur de Jénine, en Cisjordanie occupée, portant une veste qui l’identifiait comme journaliste, a affirmé la chaîne qatarie. Pour le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, Shireen Abu Akleh a « probablement » été tuée par des tirs palestiniens.

En mission actuellement au Proche-Orient, la ministre fédérale belge de la Coopération au développement, Meryame Kitir (Vooruit), s’est dite choquée par la mort de la journaliste et inquiète pour la liberté de la presse. Elle s’est gardée de pointer du doigt l’une ou l’autre partie, insistant sur la nécessité d’une enquête.

Mme Kitir est attendue ce jeudi à Ramallah, où elle doit être reçue par le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh. Une cérémonie est prévue le même jour dans la ville, en présence du président palestinien Mahmoud Abbas.

11 mai 2022